Les Langues modernes Nouvelles formes brèves et classe de langue (n° 2/2022)

Coordination :
Marie-Christine Anastassiadi et Marina Vihou, Université nationale et capodistrienne d’Athènes

Calendrier :
Date limite de soumission de propositions d’articles (3000 signes, espaces et bibliographie comprises, avec trois mots clés) : 10 septembre 2021. 30 septembre 2021
Les propositions sont à renvoyer à :
• Marie-Christine Anastassiadi (coordinatrice) : mcanast@frl.uoa.gr
• Marina Vihou (coordinatrice) : mvihou@frl.uoa.gr
• Nadja Maillard-De La Corte Gomez (rédactrice en chef) : redaction.languesmodernes@gmail.com
Réponses aux auteurs : 5 octobre 2021 au plus tard.
Envoi des articles : 18 décembre 2021.
Examen des articles par le comité de lecture des Langues Modernes : fin janvier 2022.
Retour des articles finalisés après intégration des corrections demandées par le comité de lecture : 15
mars 2022.
Publication du numéro : juin 2022.
Consignes aux auteurs : https://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article1402

Contacts :
Marie-Christine Anastassiadi (coordinatrice) : mcanast@frl.uoa.gr
Marina Vihou (coordinatrice) : mvihou@frl.uoa.gr

Nadja Maillard-De La Corte Gomez (rédactrice en chef) : redaction.languesmodernes@gmail.com

1. Argumentaire : des formes brèves aux nouvelles formes brèves
Internet et la téléphonie mobile ont transformé la production et la perception des formes brèves
traditionnelles, telles l’anecdote, l’aphorisme, l’apophtegme, l’énigme, le slogan, le proverbe, etc.
(Montandon 1992). Ces évolutions technologiques ont donné naissance à de nouvelles formes brèves
marquées par leur dimension numérique et multimodale, ainsi que par leurs modalités de (re)diffusion,
de partage et de co-construction sur les réseaux sociaux (Meynard et Vernadakis 2019).
Ces nouvelles formes brèves (posts, tweets, flash-infos, vidéo-clips, micro-récits, micro-fictions,
etc.), constamment présentes et accessibles sur les réseaux sociaux, font partie d’une nouvelle ère de
communication et d’échange. Elles constituent, par ailleurs, le moyen d’expression de prédilection
des adolescents, en leur permettant d’élaborer et de se construire des identités narratives (Bamberg
2004), autofictives (Colonna 1989) et partagées (Georgakopoulou 2020). Elles mettent aussi en valeur
de nouvelles formes d’écriture ayant recours à d’autres supports d’expression, d’interaction et de
narration, tels la photo, le son, la vidéo, le mème, le dessin, etc.
Dans le cadre du numéro 2/2022 de la revue Les Langues Modernes, nous souhaitons nous
intéresser à la présence de ces nouvelles formes brèves dans la classe de langue.
En effet, la brièveté a toujours été présente en classe de langue, surtout dans le matériel didactique :
tableaux et encadrés pour l’enseignement de la grammaire, listes et champs lexicaux pour le
vocabulaire, exercices, activités et tâches pour la conceptualisation et l’utilisation des nouvelles
connaissances, documents fabriqués ou authentiques, tels des dialogues, des articles, des poèmes, des
publicités, des chansons, des extraits littéraires, etc. Or, à ce matériel didactique, des documents
relevant des nouvelles formes brèves (email, tweets, chat, post, etc.) ont été ajoutés. Quelles sont ces
nouvelles formes brèves introduites dans la classe de langue ? Est-ce que cette introduction a été 2
accompagnée d’une réflexion pédagogique et didactique sur les nouvelles compétences
communicationnelles et textuelles qui leur sont inhérentes ? Comment rentabiliser les potentialités
médiatiques en classe de langue? Comment les nouvelles formes brèves transforment-elles les
pratiques enseignantes ainsi que les compétences langagières des apprenants de langues ? Quelles
sont les nouvelles stratégies mises en œuvre et les nouvelles formes de co-écriture et de co-narration
émergeantes ? Comment le discours des nouvelles formes brèves peut-il contribuer au développement
des compétences plurilingues et pluriculturelles des apprenants ?
2. Nouvelles formes brèves en classe de langue (2/2022)
Le numéro 2/2022 des Langues Modernes souhaite réunir des réflexions et des expériences
d’exploitation des nouvelles formes brèves en classe de langue, en mettant l’accent sur leur
théorisation et leur didactisation. De ce point de vue, ce numéro 2/2022 portera sur les nouvelles
formes numériques en tant que concept théorique, champ de recherche et objet
d’enseignement/apprentissage.
Nous invitons ainsi des contributions (articles de fond, comptes rendus d’expérience et démarches
innovantes) abordant le recours et l’utilisation en classe de langue des nouvelles formes brèves dans
leurs différents aspects :
• Définitions et cartographie des nouvelles formes brèves.
• Caractéristiques des nouvelles formes brèves : dimensions numériques et multimodales ; co-
écriture, co-narration et interactivité. ; autofiction : identités et appartenances.
• Didactisation des nouvelles formes brèves : apports et potentialités médiatiques des nouvelles
formes brèves, limites et contraintes en classe de langue, émergence de nouvelles compétences com-
municationnelles et textuelles via le recours aux formes brèves.
• Expériences didactiques et études de cas appuyées sur les nouvelles formes brèves.
La thématique de ce numéro se situe dans la complémentarité du projet Strategic Partnership
Erasmus+ Short Forms Beyond Borders qui explore les formes brèves dans une perspective
pédagogique et didactique. Cette synergie est menée par six universités européennes (Université
d’Angers, Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes, Szegedi Tudományegyetem,
Universidade de Santiago de Compostela, Justus Liebig University Giessen, Katholieke Universiteit
Leuven) et une société privée (Baludik).

Références bibliographiques :

BAMBERG, Michael. “Talk, Small Stories, and Adolescent Identities”. Human Development. Basel: S. Karger AG. 2004, vol. 47, no 6, p. 366-
369. www.jstor.org/stable/26763823.
BAMBERG, Michael et Alexandra GEORGAKOPOULOU. “Small Stories as a New Perspective in Narrative and Identity Analysis”. Text &
Talk. Berlin : De Gruyter Mouton. 2008, vol. 28, issue 3. p. 377-396. https://doi.org/10.1515/TEXT.2008.018.
BASSELER, Michael. “Cognitive Liminality. On the epistemology of the short stories”. In ACHILLES, Jochen & Ina BERGMANN. Limi-
nality and the short stories. New York and London: Routledge, 2015, p.77-91.
BELHADJIN, Anissa et Laetitia PERRET. L’extrait et la fabrique de la littérature scolaire. Bern : Peter Lang. 2019. 230 p. Coll. ThéoCrit.
DOI : https://doi.org/10.3726/b15968.
BIGOT, Violaine et Nadja MAILLARD-DE LA CORTE-GOMEZ. « Les “chroniques“ publiées sur facebook : l’écriture et la lecture entre
brièveté et longueur dans l’écriture en épisode sur les réseaux sociaux ». In MEYNARD, Cécile et Emmanuel VERNADAKIS. Formes brèves : Au
croisement des pratiques et des savoirs. Rennes : Presses universitaires de Rennes. 2019, p. 241-256. http://books.openedition.org/pur/140098.
BRAVO, Federico. « Stylistique des formes brèves ». In LY, Nadine. Littéralité 5 Figures du discontinu. Bordeaux : Presses universitaires de
Bordeaux. 2007, p. 21-34.
CAHEN, Françoise. « L’Assommoir 2.0 : transformer la classe en communauté interprétative avec Wattpad ». Le GREID Lettres. 2021.
http://lettres.ac-creteil.fr/spip.php? article2108.
COLONNA, Vincent. Autofiction & autres mythomanies littéraires. Brest : Tristram. 2004, 250 p.
CUQ, Jean-Pierre et Isabelle GRUCA. Cours de didactique du français langue étrangère et seconde. Grenoble : PUG. 2005, 504 p.
FRÉCHETTE, Jean-Yves et Annie CÔTÉ. « Qu’est-ce que la twittérature ? ». Revue Québec français. Québec : Publications Québec Français.
2013, no 168, p. 42-45. https://www. erudit.org/fr/revues/qf/2013-n168-qf0476/68659ac/.
GEORGAKOPOULOU, Alexandra. “Thinking big with small stories in narrative and identity analysis”. In BAMBERG, Michael. Narrative
State of the Art. Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins Publishing Company. 2007, p. 145-154. https://doi.org/10.1075/bct.6.
GEORGAKOPOULOU, Alexandra. Small Stories, Interaction and Identities. Amsterdam & Philadelphia : John Benjamins Publishing Com-
pany. 2007. 186 p.
GEORGAKOPOULOU, Alexandra. « La Small Stories Research: une analyse narrative pour le XXIe siècle. Essais de cartographie ». In
PATRON, Sylvie (dir.). Small stories. Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit. Paris : Hermann. 2020, p. 17-53. 3
D’HOKER, Εlke. “The Relevance of Narrative Theory for the Study of Short Fiction: The Case of First-Person Present-Tense Narration”. In
RENNHAK, Katharina and Chihaia, MATEI. (eds). Relevance and Narrative Research. Maryland: Lexington Books). 2019, p. 175-188.
KERCHY, Anna. Postmodern Reinterpretations of Fairy Tales: How Applying New Methods Generates New Meanings. Lewiston, Lampeter:
The Edwin Mellen Press. 2011. 542 p.
LACELLE, Nathalie, Jean-François BOUTIN et Monique LEBRUN. La littératie médiatique multimodale appliquée en contexte numé-
rique — LMM@. Outils conceptuels et didactiques. Québec : Presses de l’Université du Québec. 2017. 316 p.
LOJO RODRIGUEZ, Laura Maria. “Border Experiences and Liminality in Andrea Levy’s Short Stories”. In Laura Maria LOJO RODRIGUEZ
and Barbara KORTE (eds.). Borders and Border Crossing in the Contemporary English Short Story. Londres: Palgrave. 2019, 375 p.
MONTANDON, Alain. Formes brèves. Paris : Hachette Supérieur. 1992. 176 p.
MEYNARD, Cécile et Emmanuel VERNADAKIS. Formes brèves : Au croisement des pratiques et des savoirs. Rennes : Presses universitaires
de Rennes. 2019. http://books.openedition. org/pur/140163.
PATRON, Sylvie (dir.). Small stories. Un nouveau paradigme pour les recherches sur le récit. Paris : Hermann. 2020.
PÉRINEAU, Sylvie (dir.). Les formes brèves audiovisuelles. Des interludes aux productions web. Paris : CNRS Éd. 2013, 253 p. Coll. CNRS
Alpha.
RYAN-SAUTOUR, Michelle. « La métafiction postmoderne ». In Laurent LEPALUDIER (dir.), Métatextualité et métafiction. Théorie et
analyses. Rennes : Presses universitaires de Rennes. 2002, p. 69-78. coll. « Interférences ».
SACIDO, JORGE. “Modernism, Postmodernism and the Short Story in English”. Postmodern studies. Leiden (The Netherlands): Brill, vol.
48, 2012, p. 1-25.
SCHMITT, Arnaud. « La perspective de l’autonarration ». Poétique. Paris : Le Seuil, vol. 149, no 1, 2007, p. 15-29.
THÉRENTY, Marie-Ève et Florence THÉROND (éds.). « Les formes brèves dans la littérature web ». Cahiers virtuels du Laboratoire NT2.
Montréal : Éditions du Laboratoire NT2. 2017, n° 9. http://nt2.uqam.ca/fr/cahiers-virtuels/les-formes-breves-dans-la-litterature-web